Algeria - Menaces et répression antisyndicale lors des actions de protestation de fin 2016

Durant la contestation sociale de fin 2016, les autorités ont à maintes reprises cherché à intimider les syndicats autonomes et leurs sympathisants. Le Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (SNAPAP) a dénoncé les pressions exercées par les autorités de tutelle sur les militants syndicaux les plus actifs: dépôt de plaintes, défalcations sur salaires, révocations et mutations abusives. Des actions de protestation ont été réprimées par les forces de l’ordre. Ainsi, lors d’une manifestation organisée le 30 novembre à Bouira au sud d’Alger par les syndicats autonomes, la militante Yamina Maghraoui a été rudoyée par la police avant d’être emmenée au poste en compagnie de plusieurs autres manifestants. La grogne sociale était notamment motivée par l’entrée en vigueur d’une nouvelle loi sur les retraites et par des dispositions du projet de Code du travail qui posent des entraves à l’exercice des libertés syndicales. Les syndicats autonomes revendiquent de longue date d’être associés aux travaux sur cette réforme. En pure perte, jusqu’à présent.

© ITUC-CSI-IGB 2013 | www.ituc-csi.org | Contact Design by Pixeleyes.be - maps: jVectorMap