3 – Violations régulières des droits
L’indice CSI des droits dans le monde

Lesotho

En pratique

Classer par:

La mine Letseng Diamonds refuse d’engager le dialogue avec les syndicats28-07-2017

Le 28 juillet 2017, la mine de diamant Letseng Diamonds (détenue à 70 % par la société Gem Diamonds, établie au Royaume-Uni, et à 30 % par le gouvernement) a rejeté les allégations présentées par les syndicats des mineurs comme étant dénuées de fondement, selon lesquelles elle imposait des conditions de travail abusives aux mineurs. En février, l’entreprise avait sollicité une dérogation aux dispositions du Code du travail, qui limite la durée maximale du travail hebdomadaire à 45 heures et oblige l’employeur à payer le double de la rémunération lorsque le travail est réalisé durant un jour de repos ou un jour férié. Les travailleurs, représentés par le Construction and Mine Workers Associations Union (CAMAU), ont réclamé des mesures visant à remédier aux mauvaises conditions de sécurité et de santé dans la mine, notamment l’absence d’équipement de protection et d’aide médicale. Ils ont, en outre, exprimé leur préoccupation quant à la pratique d’engagement des expatriés, qui entrave les efforts d’organisation organisation Processus consistant à former ou à s’affilier à un syndicat ou à inciter d’autres travailleurs à former ou à s’affilier à un syndicat. . Bien que l’entreprise ait accepté l’aide apportée au dialogue par le ministre des Mines, elle a continué de rejeter les demandes d’amélioration des conditions de travail et d’emploi présentées par les travailleurs.

Le dirigeant de l’association du personnel mis à pied puis licencié par le Service correctionnel du Lesotho pour avoir critiqué une nouvelle loi 12-10-2016

Le Service correctionnel du Lesotho (LCS) a licencié le secrétaire général et président par intérim de l’association du personnel du LCS, Lebonejoang Ramohalali, qui était mis à pied depuis janvier 2016, en raison des propos qu’il avait tenus à la radio au sujet du nouveau projet de loi sur les services correctionnels du Lesotho.

Le 4 janvier 2016, Ramohalali a été invité dans une émission de la branche régionale de la station de radio PC FM. Il a commenté le fait que le nouveau projet de loi sur les services correctionnels du Lesotho, qui réglementait les délits et les sanctions appliquées au personnel, avait été adopté sans l’avis des députés de l’opposition qui, à ce moment-là, boycottaient l’Assemblée nationale. Le 6 janvier, la direction du LCS a mis à pied Ramohalali parce qu’il s’était exprimé sans autorisation et qu’il avait « manifestement porté préjudice et remis en cause la sagesse du corps législatif ». Le 18 avril, il a été informé qu’il était rétrogradé au niveau le plus bas alors qu’il était toujours mis à pied. Le 24 août, Ramohalali a participé à une autre émission radiophonique, dans laquelle il a précisé que le nouveau projet de loi portait uniquement sur les délits et les sanctions des employés et non sur leur bien-être. L’émission a été interrompue brutalement par trois employés du LCS armés. Le 15 septembre, Ramohalali a reçu un courrier de la direction du LCS daté du 7 septembre pour l’informer de l’intention du Service de résilier son contrat de travail, prenant effet dans 21 jours ouvrables. Le LCS lui a adressé un courrier de licenciement le 12 octobre, c’est-à-dire avant l’échéance du préavis, sans respecter la date de la résiliation effective.

Des enseignant(e)s privés du droit de grève05-05-2012
Travailleurs/euses remplaçants05-04-2013

Lorsque le National Union of Commerce, Catering and Allied Workers (Syndicat national du commerce, de la restauration et des travailleurs/euses assimilés) a entamé une grève grève Forme d’action collective la plus répandue, la grève désigne un arrêt de travail concerté sur une période limitée et peut revêtir de nombreuses formes.

Voir grève générale, grève intermittente, grève tournante, grève d’occupation, grève de solidarité, grève sauvage
pour protester contre la compagnie hôtelière Sun International South Africa pour le non-respect de la hausse des salaires et le recours à la main-d’œuvre temporaire, l’entreprise a délivré des permis de travail à des travailleurs/euses remplaçants provenant des sites commerciaux sud-africains de Kimberley, Bloemfontein et Thaba Nchu.

Exploitation dans des usines du textile gérées par des Chinois31-12-2011

Le secrétaire général du Lesotho Congress of Democratic Unions (LECODU), Tšeliso Ramochela, a appelé à de meilleures réglementations du travail dans l’industrie du textile. En prenant la parole durant une grève grève Forme d’action collective la plus répandue, la grève désigne un arrêt de travail concerté sur une période limitée et peut revêtir de nombreuses formes.

Voir grève générale, grève intermittente, grève tournante, grève d’occupation, grève de solidarité, grève sauvage
des travailleurs/euses du textile en août 2011, il a averti les travailleurs/euses qu’ils étaient exploités dans une industrie dominée par des employeurs chinois. Les taux de syndicalisation se sont améliorés dans l’industrie textile, extrêmement importante dans tout le pays, au cours des dernières années, mais de nombreux employeurs ignorent toujours la législation du travail ou exploitent les lacunes dans la loi.

Législation non respectée31-12-2010

Le Lesotho présente un triste bilan en matière de respect des droits syndicaux. Dans le secteur privé, des procédures complexes et l’antisyndicalisme des employeurs rendent très difficile le travail des syndicats. Bien que la loi interdise la discrimination antisyndicale, de nombreux employeurs interdisent encore aux recruteurs l’accès à leurs établissements pour y organiser les travailleurs ou les représenter en cas de litige. Dans certains cas, les employeurs usent d’intimidation envers les recruteurs et les adhérents, menaçant ces derniers de licenciement, en particulier dans les industries locales.

Pas de grèves légales 31-12-2010
© ITUC-CSI-IGB 2013 | www.ituc-csi.org | Contact Design by Pixeleyes.be - maps: jVectorMap