5 – Les droits ne sont pas garantis
L’indice CSI des droits dans le monde

Nigeria

Les organisations affiliées à la CSI au Nigeria sont le Nigeria Labour Congress (Confédération du Travail du Nigeria – NLC) et le Trade Union Congress of Nigeria (Confédération Syndicale du Nigeria – TUC).

En pratique

Classer par:

Un dirigeant syndical tué par des inconnus armés pendant une grève01-11-2017

Le 1er novembre 2017, Abdulmumuni Yakubu, le président de la section locale section locale Branche locale d’une organisation syndicale de haut niveau, telle qu’un syndicat national. du syndicat du personnel universitaire non enseignant Non-Academic Staff Union (NASU) de l’État de Kogi, a été assassiné par des inconnus armés à son domicile, à Okene, dans la zone centrale de l’État de Kogi. L’homicide a eu lieu au moment où se tenaient des négociations avec les autorités de Kogi, au sujet de la grève grève Forme d’action collective la plus répandue, la grève désigne un arrêt de travail concerté sur une période limitée et peut revêtir de nombreuses formes.

Voir grève générale, grève intermittente, grève tournante, grève d’occupation, grève de solidarité, grève sauvage
des syndicats du personnel non enseignant des universités de cet État. Depuis début 2017, le personnel enseignant et non enseignant prend part à des grèves à l’échelle nationale à l’initiative du NASU, du syndicat d’enseignants en technologie National Association of Academic Technologists (NAAT) et du syndicat des cadres supérieurs des universités Senior Staff Association of Nigerian Universities (SSANU), pour protester contre le non-paiement prolongé des salaires. En réaction à l’assassinat de Yakubu, les présidents des confédérations syndicales Nigeria Labour Congress (NLC) et Trade Union Congress (TUC) de l’État de Kogi ont publié une déclaration pour demander aux autorités de diligenter immédiatement une enquête, pour condamner le manque de protection des dirigeants syndicaux contre les actions violentes et annoncer l’interruption des négociations avec les autorités de l’État de Kogi.

Les autorités de l’État de Kaduna ne tiennent pas compte des syndicats et menacent de les sanctionner suite à la grève10-01-2018

Le 10 janvier 2018, dans plusieurs conférences de presse, le gouverneur de l’État de Kaduna et le commissaire de police de l’État ont menacé de sanctionner le Nigeria Labour Congress (Confédération du travail du Nigeria – NLC) si elle organisait des manifestations de solidarité dans l’État de Kaduna. Le même jour, les autorités de cet État ont déclaré qu’elles appliqueraient la politique « pas de travail, pas de salaire » à tous les travailleurs/euses qui avaient pris part à la grève grève Forme d’action collective la plus répandue, la grève désigne un arrêt de travail concerté sur une période limitée et peut revêtir de nombreuses formes.

Voir grève générale, grève intermittente, grève tournante, grève d’occupation, grève de solidarité, grève sauvage
. Le NLC a prévu de soutenir le Conseil du NLC de Kaduna, qui avait engagé une grève grève Forme d’action collective la plus répandue, la grève désigne un arrêt de travail concerté sur une période limitée et peut revêtir de nombreuses formes.

Voir grève générale, grève intermittente, grève tournante, grève d’occupation, grève de solidarité, grève sauvage
illimitée pour protester contre le licenciement de plus de 21.000 enseignant(e)s du primaire sous prétexte qu’ils n’auraient pas réussi les tests d’aptitude prétendument organisés dans le cadre d’un « projet de redynamisation et de rénovation de la fonction publique » adopté par les autorités de l’État en 2017. D’après le NLC, les tests ont été réalisés sans la participation des organismes professionnels concernés tels que le Teachers’ Registration Council of Nigeria et le National Teachers Institute. Les syndicats n’ont pas été consultés non plus, notamment le syndicat de l’enseignement Nigeria Union of Teachers et le syndicat de fonctionnaires locaux Nigeria Union of Local Government Employees. Le NLC affirme que les tests ont été préparés par les autorités de l’État de Kaduna dans l’intention de réduire le nombre de fonctionnaires afin de pouvoir soumettre une demande de prêt à la Banque mondiale. La politique de restructuration de l’État porterait non seulement préjudice aux enseignants mais aussi à 4000 employé(e)s des collectivités locales et à 8000 employé(e)s de différents ministères, services et agences des États du pays.

Dana Air interdit à son personnel de se syndiquer13-11-2017

Le 13 novembre 2017, le syndicat de pilotes et ingénieurs de l’aéronautique National Association of Aircraft Pilots and Engineers (NAAPE) a immobilisé les activités de l’entreprise Dana Air Limited au terminal national de l’aéroport Murtala Muhammed suite au refus de la direction d’autoriser le personnel technique, notamment les ingénieurs et les pilotes, à adhérer à des syndicats. Toutes les organisations affiliées à la confédération United Labour Congress (UCL) ont participé au piquet de grève piquet de grève Manifestation ou défilé aux abords du lieu de travail visant à faire connaître l’existence d’un conflit social ou d’une grève, pour dissuader les autres travailleurs d’y entrer ou encourager les consommateurs à boycotter les produits de l’entreprise. Le piquet de grève secondaire désigne toute action de protestation devant une entreprise neutre afin d’exercer une pression indirecte sur la direction ciblée. de la NAAPE. En réaction, la direction de Dana Air a publié une déclaration pour nier toute embauche de travailleurs occasionnels et toute pratique antisyndicale, et a accusé le syndicat de mener une action illégale.

Le gouverneur interdit les activités syndicales des enseignants de l’université de l’État de Kogi19-07-2017

Le 19 juillet 2017, le gouverneur de l’État de Kogi a fait part de sa décision d’interdire les activités du syndicat des enseignant(e)s universitaires Academic Staff Union of Universities (ASUU) à l’université de l’État de Kogi, suite au refus du syndicat de mettre fin à une grève grève Forme d’action collective la plus répandue, la grève désigne un arrêt de travail concerté sur une période limitée et peut revêtir de nombreuses formes.

Voir grève générale, grève intermittente, grève tournante, grève d’occupation, grève de solidarité, grève sauvage
qui durait depuis six mois. Le gouverneur a ordonné aux professeurs d’université en grève grève Forme d’action collective la plus répandue, la grève désigne un arrêt de travail concerté sur une période limitée et peut revêtir de nombreuses formes.

Voir grève générale, grève intermittente, grève tournante, grève d’occupation, grève de solidarité, grève sauvage
de reprendre le travail immédiatement, faute de quoi ils perdraient leur emploi, et il a enjoint la direction de l’université de veiller à ce que les enseignants respectent la directive.

Le gouverneur de l’État de Nasarawa ordonne l’interdiction des activités syndicales des enseignants du secondaire16-05-2017

Le 16 mai 2017, le gouverneur de l’État de Nasarawa, Tanko Al-Makura, a publié une déclaration visant à ordonner l’interdiction des activités du syndicat de l’enseignement secondaire Academic Staff Union of Secondary Schools (ASUSS) dans cet État, précisant en outre que le syndicat n’était pas enregistré. Cette déclaration accusait l’ASUSS de dresser les enseignant(e)s contre les autorités de l’État dans ses communications et, par conséquent, de représenter une sérieuse menace contre la paix et l’ordre dans l’État de Nasarawa, ce qui était de nature à empêcher les enseignants de faire correctement leur travail.

Les autorités de Kogi recrutent 230 nouveaux travailleurs pendant la grève des médecins21-06-2017

Le 21 juin 2017, les autorités de l’État de Kogi ont confirmé le recrutement en cours de 230 nouveaux employé(e)s de santé, parmi lesquels des médecins. L’organisation organisation Processus consistant à former ou à s’affilier à un syndicat ou à inciter d’autres travailleurs à former ou à s’affilier à un syndicat. Nigerian Medical Association (NMA) a critiqué le moment choisi pour le recrutement, étant donné que les autorités de l’État étaient en conflit avec la NMA depuis le début du mois de mai, au moment où la NMA avait donné le signal de départ d’une grève grève Forme d’action collective la plus répandue, la grève désigne un arrêt de travail concerté sur une période limitée et peut revêtir de nombreuses formes.

Voir grève générale, grève intermittente, grève tournante, grève d’occupation, grève de solidarité, grève sauvage
illimitée.

Quatre dirigeants syndicaux n’ont toujours pas été réintégrés26-04-2017

Le 26 avril 2017, les dirigeants du Nigeria Labour Congress (Confédération du travail du Nigeria – NLC), dans l’État d’Ogun, ont demandé au gouverneur de l’État de réintégrer les quatre derniers dirigeants syndicaux sur les 16 qui avaient été licenciés au motif qu’ils avaient enfreint les règles de la fonction publique pendant la Journée mondiale des enseignants, en octobre 2016. Les autorités de l’État avaient en effet licencié 16 dirigeants syndicaux et en avaient mis à pied 19 autres en raison de leur supposée politique partisane pendant la Journée mondiale des enseignants. Les 19 syndicalistes mis à pied et 12 des travailleurs/euses licenciés ont été réintégrés à leur poste suite aux appels lancés par diverses parties prenantes concernées. Le NLC estime que les autorités de l’État devraient réintégrer les quatre derniers dirigeants syndicaux – Akeem Ambali, Dare Ilekoya, Nola Balogun et Eniola Atiku.

Les autorités de l’État d’Ogun ont licencié 16 dirigeants syndicaux, dont le président du NLC et le président du NUT d’Ogun31-10-2016

Le 31 octobre, 11 jours après le début de la grève grève Forme d’action collective la plus répandue, la grève désigne un arrêt de travail concerté sur une période limitée et peut revêtir de nombreuses formes.

Voir grève générale, grève intermittente, grève tournante, grève d’occupation, grève de solidarité, grève sauvage
illimitée déclenchée le 20 octobre par les employé(e)s de l’État d’Ogun pour protester contre le non-paiement des déductions syndicales de leur salaire pendant 12 mois, les autorités ont décidé de licencier 16 dirigeants syndicaux, parmi lesquels le président du Nigeria Labour Congress (Confédération du travail du Nigeria – NLC) et le président du Nigeria Union of Teachers (Syndicat des enseignants du Nigeria – NUT) de l’État d’Ogun. Les deux dirigeants étaient accusés d’avoir eu un comportement répréhensible lors des manifestations de la Journée mondiale des enseignants du 5 octobre 2016, et notamment d’avoir publiquement fait part de leur soutien à un responsable politique en particulier, ce qui a été considéré comme un « rassemblement en faveur de la campagne politique ». Les autorités d’Ogun ont affirmé que cette accusation n’avait aucun rapport avec la grève grève Forme d’action collective la plus répandue, la grève désigne un arrêt de travail concerté sur une période limitée et peut revêtir de nombreuses formes.

Voir grève générale, grève intermittente, grève tournante, grève d’occupation, grève de solidarité, grève sauvage
en cours. Les dirigeants syndicaux ont été réintégrés une semaine plus tard.

Deux responsables syndicaux arrêtés pendant une grève08-03-2016

La police a arrêté deux responsables syndicaux du Conseil de négociation national conjoint de la fonction publique, qui avaient été nommés pour contrôler le suivi de la grève grève Forme d’action collective la plus répandue, la grève désigne un arrêt de travail concerté sur une période limitée et peut revêtir de nombreuses formes.

Voir grève générale, grève intermittente, grève tournante, grève d’occupation, grève de solidarité, grève sauvage
des fonctionnaires de l’État d’Ogun. Ils ont ensuite été libérés sur ordre du secrétaire de l’État d’Ogun, qui a simultanément fait une déclaration pour menacer de sanctionner les travailleurs en grève grève Forme d’action collective la plus répandue, la grève désigne un arrêt de travail concerté sur une période limitée et peut revêtir de nombreuses formes.

Voir grève générale, grève intermittente, grève tournante, grève d’occupation, grève de solidarité, grève sauvage
qui n’avaient pas repris le travail.

Les autorités de l’État de Kogi licencient 9000 « travailleurs fantômes », dont le dirigeant du NLC26-05-2016

Les autorités de l’État de Kogi ont unilatéralement résilié les contrats d’environ 9000 employé(e)s, y compris celui du président du Nigeria Labour Congress (Confédération du travail du Nigeria – NLC) de Kogi, Onuh Edoka, sous prétexte qu’ils ne remplissaient pas les conditions du processus de « pistage » mis au point par les autorités pour identifier les personnes qui auraient bénéficié illégalement de salaires ou de pensions de la fonction publique. M. Edoka a été licencié pour avoir communiqué le « mauvais » relevé de banque. Certains employés ont quant à eux échoué au processus faute d’avoir renvoyé le numéro de vérification bancaire. Le gouvernement prétend que ce processus était transparent, mais la liste de tous les motifs d’échec n’a pas été publiée.

Huit dirigeants syndicaux arrêtés suite à des manifestations contre la privatisation des écoles05-06-2016

Huit dirigeants du Nigeria Labour Congress (Confédération du travail du Nigeria – NLC) de l’État d’Oyo ont été arrêtés par la police pour trouble à l’ordre public et vandalisme contre des biens publics parce qu’ils avaient organisé une grève grève Forme d’action collective la plus répandue, la grève désigne un arrêt de travail concerté sur une période limitée et peut revêtir de nombreuses formes.

Voir grève générale, grève intermittente, grève tournante, grève d’occupation, grève de solidarité, grève sauvage
pour protester contre le projet de privatisation des écoles publiques de l’État. La caution s’élevant à 200.000 NGN, aucun des dirigeants arrêtés n’était en mesure de la régler. En dépit des manifestations, les autorités de l’État d’Oyo ont maintenu leur intention d’examiner de manière plus approfondie la mise en place de partenariats public-privé dans le secteur de l’éducation.

De nombreuses entreprises de télécommunications n’autorisent pas les travailleurs à adhérer à des syndicats08-06-2016

D’après le Trade Union Congress (Confédération syndicale du Nigeria), la plupart des entreprises de télécommunications du pays privent leurs employé(e)s de la liberté d’adhérer à des syndicats. Les travailleurs sont embauchés sous réserve de signer une déclaration qui exclut le droit de se syndiquer. Il apparaît qu’il s’agit d’une pratique répandue chez tous les opérateurs du secteur des télécommunications présents dans le pays, tels que MTN, Glo, Airtel, Etisalat, Spectranet, Huawei, Smile, Miicon Wire and Cable, Haier Thermocool, LG Electronics, Samsung, Philips, Panasonic et Nokia.

Des dirigeants syndicaux se cachent de crainte d’être violentés par les agents de sécurité29-10-2016

Plusieurs cas de violences à l’encontre de dirigeants syndicaux ont été signalés pendant l’action collective action collective Toute forme d’action entreprise par plusieurs travailleurs, un syndicat ou un employeur lors d’un conflit du travail pour obtenir des concessions de l’autre partie (exemples : grève, grève perlée, interdiction des heures supplémentaires ou lock-out de la part de l’employeur). organisée par le Nigeria Labour Congress (Confédération du travail du Nigeria – NLC) dans l’État d’Ogun. Le conflit repose sur une série de revendications formulées en 2014 et 2015 au sujet du retard – allant parfois jusqu’à trois ans – au niveau du versement des salaires, des allocations, des primes et des pensions. Le NLC et l’État d’Ogun ont indiqué que des attaques avaient été commises par des agents gouvernementaux, notamment à l’encontre du secrétariat du NLC à Abeokuta, que les dirigeants du syndicat avaient été menacés publiquement et que les dirigeants et les membres syndicaux avaient fait l’objet d’agressions et de violences de la part de la police et d’assaillants non identifiés. Ces agissements ont déjà obligé de nombreux dirigeants syndicaux à se cacher dans des lieux tenus secrets, ce qui perturbe sérieusement les activités syndicales.

Traitement injuste du dirigeant d’un syndicat automobile24-03-2016

Le 24 mars 2016, sur une annonce parue dans un journal national nigérien, The Guardian, la société automobile TATA Africa Services Nigeria signalait que Joseph Ogunyemi, l’ancien président du syndicat automobile de la section de TATA, n’était plus en poste. Or, M. Ogunyemi n’avait pas reçu de courrier de licenciement. La Confédération syndicale du pays (TUC) a protesté contre cette annonce, persuadée qu’elle était motivée uniquement par les activités syndicales de M. Ogunyemi. L’entreprise l’avait souvent traité injustement : elle lui avait refusé certains avantages, l’avait empêché de monter en grade, muté de manière arbitraire et soumis à des interrogatoires à maintes reprises.

Campagne antisyndicale dans l’État de Kaduna26-03-2016

En mars 2016, le gouverneur de l’État de Kaduna, Malam Nasir el-Rufai, a communiqué une directive à l’intention des fonctionnaires pour leur demander de remplir des fiches sur lesquels ils mentionnent leur refus d’adhérer à un syndicat. Le Joint National Public Service Negotiating Council (Conseil de négociation conjoint de la fonction publique nationale) a réagi rapidement en demandant aux fonctionnaires de ne pas tenir compte de cette directive. Le Trades Union Congress of Nigeria (Confédération syndicale du Nigeria) a menacé d’entreprendre une action revendicative de grande ampleur si la directive n’était pas retirée.

Une travailleuse blessée par une grenade lacrymogène01-02-2016

Le 1er février 2016, des policiers ont lancé des gaz lacrymogènes pour disperser des travailleurs/euses qui manifestaient devant l’entreprise Linda Manufacturing ; une femme a été blessée au niveau du nez après avoir reçu une grenade lacrymogène et elle a dû être conduite à l’hôpital.
Les employés avaient commencé à manifester vers 8h00 pour protester contre le licenciement d’une dizaine de travailleurs pendant le week-end, notamment des membres du bureau du syndicat des travailleurs. Le secrétaire général du National Union of Chemical, Footwear, Rubber, Leather and Non-Metallic Products Employees, (Syndicat national des employés des produits chimiques, de la chaussure, du caoutchouc, du cuir et des produits non métalliques – NUCFRLANMPE), Douglas Adiele, a expliqué que le différend avec la direction avait commencé la semaine précédente, lorsque des travailleurs avaient cessé le travail pour demander à l’entreprise de cesser de leur imposer des objectifs irréalisables. Le nombre de tâches à accomplir chaque jour était progressivement passé de 160 à 350, et les personnes qui ne parvenaient pas à atteindre leur objectif recevaient des points d’inaptitude. Un total de 27 points d’inaptitude entraînait le licenciement.

Licenciement de 700 travailleurs suite à leur adhésion à un syndicat14-09-2015

L’entreprise de boissons La Casera, à Lagos, a licencié plus de 700 employé(e)s le 14 septembre 2015 parce qu’ils avaient adhéré à un syndicat. Les travailleurs ont eu connaissance de leur renvoi lorsqu’ils sont arrivés au travail et qu’ils ont trouvé sur la grille d’entrée fermée une affiche annonçant : « Nous sommes au regret d’informer tous les membres de notre personnel de leur licenciement immédiat ». L’entreprise a justifié sa décision par la « perturbation des opérations » due aux membres du National Union of Food, Beverages and Tobacco Employees (Syndicat national des employés de l’alimentation, des boissons et du tabac – NUFBTE).
Mike Olanrewaju, secrétaire adjoint principal du NUFBTE et responsable du service de formation, a indiqué que l’entreprise avait refusé à diverses reprises que ses employés se syndiquent. De son côté, le syndicat a écrit plusieurs fois à l’entreprise au sujet de la syndicalisation de ses employés, en vain.
Le ministère du Travail est intervenu à un moment, mais l’entreprise s’est opposée à toutes les tentatives de syndicalisation de son personnel et, pour entraver le processus, elle a même déposé un recours contre le syndicat auprès du tribunal du travail. Par le passé, il est déjà arrivé que l’entreprise licencie tous les membres du comité directeur après la syndicalisation des travailleurs.
Dernièrement, l’entreprise est revenue à ses anciennes tactiques, en licenciant le président du comité qui était sur le point de former un syndicat des travailleurs de la base. C’est ce qui a motivé la visite des responsables du NUFBTE sur le site de l’entreprise le 11 septembre, munis de formulaires d’adhésion au syndicat. La direction a qualifié cette visite « d’entrée par effraction et d’invasion injustifiée de nos locaux professionnels ».

Une université refuse de reconnaître un syndicat17-08-2015

Le 17 août 2015, le personnel universitaire a écrit à la direction de l’université Kwara State University (KWASU) pour l’informer de la création de la section de la KWASU du syndicat du personnel universitaire Academic Staff Union of Universities (ASUU). Dans ce courrier, signé par le président du comité intérimaire, Dauda Adeshola, les membres du nouveau syndicat déclaraient : « Nous promettons la loyauté du syndicat à l’égard des autorités universitaires et des autorités de l’État de Kwara. L’université KWASU, créée en 2009, va assister à des activités syndicales à l’issue de la période d’attente de cinq ans prévue par la Commission nationale des universités (NUC) et les conditions d’emploi et par les réglementations de la KWASU ».
L’université a réagi en distribuant une circulaire dans laquelle elle affirmait que le syndicat était « illégal » et « clandestin » : « Nous signalons à la communauté universitaire que la direction est informée des réunions clandestines organisées par des groupes de travailleurs de la KWASU dans des lieux singuliers de Malete, relevant du sectarisme ou du syndicalisme combatif. (...) L’université avertit toutes les personnes concernées que cela est illégal au titre du règlement de la KWASU. L’université ne reconnaîtra aucun groupe néfaste, clandestin, quel que soit le nom derrière lequel il se dissimule ». Le courrier précisait ensuite qu’un « syndicalisme pacifique » serait mis en place « en temps voulu », avec la participation de la direction.

300 employés licenciés parce qu’ils envisageaient d’adhérer à un syndicat01-06-2015

L’Association of Senior Staff of Bank and Financial Institutions (Association des cadres supérieurs des institutions bancaires et financières – ASSBIFI) a signalé qu’en juin 2015 l’entreprise Alpha-Beta Consulting Limited a licencié plus de 300 employé(e)s sur les 375 personnes qui composent sa main-d’œuvre parce qu’ils avaient fait part de leur intention d’adhérer au syndicat pour améliorer leurs conditions de travail.

Une compagnie aérienne licencie quatre dirigeants syndicaux26-04-2015

Le président d’Air Transport Services Senior Staff Association of Nigeria (Association des cadres supérieurs des services de transports aériens du Nigeria – ATSSSAN), Aminu S. Kolawole, et le secrétaire, Lawson Imotto, ainsi que deux dirigeants syndicaux du National Union of Air Transport Employees (Syndicat national des employés des transports aériens – NUATE), le président Chukwu Jude et le secrétaire Kingsley Ejiogu, ont été licenciés fin avril 2015 par la direction de la société Skyway Aviation Handling Company (SAHCOL). Lawson Imotto a été arrêté et conduit vers une destination inconnue.

Depuis juin 2014, les syndicats essaient de réétudier les conditions d’emploi, en vain. Quand les travailleurs se sont réunis mi-avril pour discuter de leurs revendications, le directeur général est venu interrompre leur réunion, disant qu’ils avaient dépassé le temps alloué aux activités syndicales. La direction de SAHCOL a affirmé que les quatre dirigeants syndicaux avaient été licenciés parce qu’ils avaient refusé d’assister à une réunion avec les dirigeants et de se rendre à une commission de discipline.

Blocage des négociations collectives depuis dix ans dans l’industrie pétrolière19-06-2015

Le 30 mai 2014, le Nigeria Union of Petroleum and Natural Gas Workers (NUPENG) a intimé le gouvernement fédéral d’intervenir dans la crise de longue date à la tête de l’Independent Petroleum Marketers Association of Nigeria (IPMAN). Le président du NUPENG, Igwee Achese, a fait savoir que la convention collective convention collective Accord, généralement écrit, qui intègre les résultats de la négociation collective entre les représentants des travailleurs et des employeurs.

Voir négociation collective
signée avec l’IPMAN et l’Independent Marketers Branch dix ans auparavant n’était toujours pas appliquée en raison de cette crise au sein de l’association. Sa précédente direction avait fait échouer les efforts de syndicalisation des travailleurs aux dépôts d’IPMAN.
Le syndicat avait écrit plusieurs lettres au gouvernement fédéral, à la Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC) et aux Services de sécurité de l’État en leur demandant d’intervenir sans aucun résultat positif. Il accusait la ministre du Pétrole, Diezani Allison-Madueke, de ne pas s’occuper sérieusement du problème. Les Services de sécurité de l’État étaient intervenus et la Cour suprême fédérale de Port Harcourt avait désigné le chef Obasi Lawson en tant que président de l’IPMAN, mais des factions opposées à l’IPMAN avaient refusé de reconnaître cette décision.
Les travailleurs des stations-service de NUPENG ont rejoint le mouvement de protestation, en soulignant que le syndicat n’avait pas pu négocier les conditions de service de ses membres du fait de la crise au sein d’IPMAN.
Même si la crise d’IPMAN était résolue, il restait de nombreux problèmes en suspens ce qui a mené à une grève grève Forme d’action collective la plus répandue, la grève désigne un arrêt de travail concerté sur une période limitée et peut revêtir de nombreuses formes.

Voir grève générale, grève intermittente, grève tournante, grève d’occupation, grève de solidarité, grève sauvage
en septembre et en décembre 2014, notamment pour dénoncer des conditions de travail peu sûres, la précarisation précarisation Pratique consistant à accroître la flexibilité de la main-d’œuvre en remplaçant les travailleurs permanents et à plein temps par des travailleurs employés sur la base de contrats temporaires et irréguliers. et les pratiques de travail injustes, y compris le transfert et le licenciement de dirigeants syndicaux.

Des responsables d’organisations d’agents hospitaliers arrêtés pour avoir organisé une grève01-10-2014

Deux représentants du Medical and Health Workers’ Union of Nigeria (MHWUN) à l’hôpital universitaire de l’État d’Abia (ABSUTH) ont été arrêtés en octobre 2014 pour avoir organisé une grève grève Forme d’action collective la plus répandue, la grève désigne un arrêt de travail concerté sur une période limitée et peut revêtir de nombreuses formes.

Voir grève générale, grève intermittente, grève tournante, grève d’occupation, grève de solidarité, grève sauvage
. Le personnel avait cessé le travail parce qu’il n’avait plus été payé depuis mai et avait faim. Le syndicat avait écrit au gouvernement pour lui communiquer plusieurs griefs par écrit. Rien n’a pourtant été fait pour résoudre la situation et il a donc demandé la permission à la police d’organiser une manifestation, mais au lieu de cela, le président et le secrétaire du syndicat ont été arrêtés.

Des enseignants d’université menacés de licenciement suite à un appel à la grève17-09-2014

Les autorités de l’État d’Edo ont menacé de licencier tous les employé(e)s en grève grève Forme d’action collective la plus répandue, la grève désigne un arrêt de travail concerté sur une période limitée et peut revêtir de nombreuses formes.

Voir grève générale, grève intermittente, grève tournante, grève d’occupation, grève de solidarité, grève sauvage
dans les institutions publiques de l’enseignement supérieur s’ils ne reprenaient pas le travail le lundi 22 septembre 2014.

La coalition de syndicats de l’enseignement supérieur, Coalition of Unions of the State-Owed Tertiary Institutions, a déclaré une grève grève Forme d’action collective la plus répandue, la grève désigne un arrêt de travail concerté sur une période limitée et peut revêtir de nombreuses formes.

Voir grève générale, grève intermittente, grève tournante, grève d’occupation, grève de solidarité, grève sauvage
illimitée le 17 septembre pour exiger le versement des salaires non payés, l’harmonisation des arriérés de paiement et d’autres droits. Dans une autre circulaire signée au nom du greffe des syndicats de l’université d’agriculture de l’État d’Edo, datée du 18 septembre 2014 et adressée au président et aux membres du syndicat de l’établissement, l’administration de l’université avertit que tout employé qui ne reprendrait pas le travail le 22 septembre serait licencié. La grève grève Forme d’action collective la plus répandue, la grève désigne un arrêt de travail concerté sur une période limitée et peut revêtir de nombreuses formes.

Voir grève générale, grève intermittente, grève tournante, grève d’occupation, grève de solidarité, grève sauvage
a continué, et 34 enseignant(e)s d’un des établissements concernés, l’Institute of Management and Technology, ont été renvoyés.

Licenciement de médecins en grève13-08-2014
Désyndicalisation et harcèlement dans le secteur de l’énergie23-04-2014

Le 23 avril 2014, la confédération Nigeria Labour Congress (NLC) et les dirigeants du syndicat de l’électricité National Union of Electricity Employees (NUEE) ont informé le gouvernement fédéral et les fournisseurs d’électricité qu’ils prévoyaient une action revendicative si aucune mesure n’était prise pour résoudre les problèmes de pratiques antisyndicales dans ce secteur et les interruptions régulières de fourniture d’électricité. Ils protestaient plus particulièrement contre les pratiques de désyndicalisation et contre le harcèlement des dirigeants syndicaux dans le secteur de l’électricité récemment privatisé. La nouvelle direction des entreprises de distribution d’électricité a menacé de licencier 5357 travailleurs/euses qui avaient participé à des grèves contre l’externalisation externalisation Pratique permettant à un employeur de confier une partie des activités de son entreprise à un intervenant extérieur. À ne pas confondre avec la sous-traitance (qui consiste pour l’intervenant extérieur à faire réaliser les travaux par d’autres intervenants). des emplois et les mauvaises conditions de travail.

Lorsque les dirigeants des conseils d’État du NLC ont rencontré ceux du NUEE, le 23 avril, ils ont discuté des tentatives des investisseurs du secteur de l’électricité de désyndicaliser les travailleurs. Ils ont également évoqué l’incapacité du gouvernement fédéral de rappeler à l’ordre ces investisseurs pour exiger qu’ils respectent l’accord tripartite conclu le 13 janvier 2014 avec les travailleurs syndiqués. Le NLC et le NUEE ont appelé le gouvernement fédéral et le Bureau des entreprises publiques à ordonner de toute urgence la réintégration de tous les dirigeants syndicaux qui avaient perdu leur emploi suite au transfert de propriété. Plus de 50% des travailleurs s’étaient retrouvés sans travail au cours du processus de privatisation, et les dirigeants syndicaux étaient particulièrement ciblés. Il y avait parmi les entreprises concernées Ibadan Electricity Distribution Company (IBEDC), Benin Electricity Distribution Company (BEDC), Port Harcourt Electricity Distribution Company (PHEDC), Ikeja Electricity Distribution Company (IEDC), Eko Electricity Distribution Company (EEDC), Jos Electricity Distribution Company (JEDC), Transcorp Electricity Ugheli, Egbin Power Plc-Kerl, Geregu Power Plc et Olorunshogo Power Plc.

Harcèlement de membres syndicaux dans une entreprise de produits chimiques01-01-2015

Lors d’un entretien accordé en janvier 2015, Jonathan Abimbola a expliqué qu’il avait été contraint de quitter son poste de responsable de la sécurité à l’entreprise African Fertilizers and Chemicals Nigeria Ltd., détenue et gérée par une société indienne, en raison de ses activités syndicales. À son arrivée dans l’entreprise en 2011, il avait été frappé par les conditions de travail dangereuses et le manque d’investissement dans les systèmes de sécurité. À chaque fois qu’il avait essayé de signaler des situations dangereuses, comme par exemple faire travailler un employé à proximité de soufre fondu sans protection, la direction avait réagi vigoureusement et proféré des menaces. M. Abimbola a vite compris qu’il avait été nommé responsable de la sécurité uniquement pour permettre à l’entreprise de donner une bonne image, alors qu’elle n’avait manifestement aucune intention de prendre de réelles mesures de sécurité. M. Abimbola s’est tourné vers les syndicats, tout d’abord le syndicat des travailleurs de la chimie, le National Union of Chemical Footwear, Rubber, Leather and Non-Metallic Products Employees (NUCFRLANMPE), qui a écrit à l’entreprise et a demandé aux employé(e)s de créer un syndicat. En réaction, la société a commencé à harceler de nombreux travailleurs/euses et membres syndicaux, en les menaçant et en les incitant vivement à cesser leurs activités syndicales. Puis elle s’est mise à licencier les travailleurs syndiqués.

M. Abimbola s’est ensuite adressé au syndicat du secteur agricole Agriculture and Allied Union of Nigeria (AAEUN), affilié à la confédération Nigera Labour Congress (NLC). Il a mis en place une section syndicale de l’AAEUN dans son entreprise et en est devenu le président. Les problèmes n’ont pas tardé à apparaître, notamment avec la direction, qui empêchait M. Abimbola d’effectuer normalement son travail en exigeant un laissez-passer pour entrer dans chaque service de l’entreprise. Ensuite, les employés non syndiqués se sont vu accorder des augmentations de salaire, les hausses les plus importantes étant réservées à ceux qui surveillaient les membres du syndicat pour le compte de l’entreprise. Les employés syndiqués n’ont pas eu d’augmentation de salaire.

Le harcèlement des membres du syndicat s’est poursuivi et l’entreprise a continué de passer outre aux règles de sécurité. Un jeune homme de 18 ans, M. Onyebuchi, a trouvé la mort en tombant dans un réservoir d’eau. Même les démarches auprès de la police et des avocats après l’accident s’apparentaient à une véritable bataille. M. Abimbola a fini par quitter son emploi car sa situation était devenue intenable.

Quatre-cents salariés d’un hôtel renvoyés pour avoir tenté d’adhérer à un syndicat27-01-2015

Le 27 janvier 2015, plus de 400 membres du personnel de l’hôtel Radison Blu ont été licenciés par son président, Oba Otudeko, après avoir tenté d’adhérer au Trade Union Congress (TUC) et au Nigerian Labour Congress (NLC). Selon le porte-parole des personnes renvoyées, Abe Makojuola Daramola, un superviseur de nettoyage, ils avaient informé l’hôtel une semaine au préalable de leur intention de rejoindre des syndicats, mais la direction s’y était opposée. Le personnel a poursuivi ses démarches et a invité des responsables du TUC et du NLC à venir rencontrer les travailleurs/euses à Lagos le 27 janvier pour les affilier. La direction a aussitôt renvoyé le personnel concerné avant la réunion et dans la nuit du lundi 26 janvier, sur les ordres de M. Otudeko, un technicien a coupé l’électricité, plongeant tout l’hôtel dans l’obscurité. Les clients ont été relogés dans d’autres hôtels, laissant ainsi la possibilité à la direction d’envoyer des lettres de licenciement à plus de 400 membres du personnel alors que les locaux de l’hôtel étaient fermés et que toutes les activités étaient suspendues.

La précarisation prive les travailleurs du droit à la liberté syndicale22-10-2014

Les syndicats nigérians ont souvent fait part de leur préoccupation croissante à l’égard de la précarisation précarisation Pratique consistant à accroître la flexibilité de la main-d’œuvre en remplaçant les travailleurs permanents et à plein temps par des travailleurs employés sur la base de contrats temporaires et irréguliers. du travail dans les entreprises appartenant aux Chinois, car les employé(e)s n’ont pas la possibilité de défendre leurs droits ni d’adhérer à des syndicats. Le problème a pris une intensité particulière après le décès d’un travailleur de 25 ans, Nnamdi Solomon, fin septembre 2014. Solomon travaillait sous contrat temporaire pour Linda Manufacturing Company, une entreprise chinoise d’accessoires pour les cheveux. Il n’a pas été autorisé à quitter le travail afin de consulter un médecin pour des douleurs d’estomac, et il n’a pas osé sortir sans permission de peur de perdre son emploi. Il a été retrouvé mort dans les locaux de l’entreprise un peu plus tard. Ses collègues de travail se sont mis en grève grève Forme d’action collective la plus répandue, la grève désigne un arrêt de travail concerté sur une période limitée et peut revêtir de nombreuses formes.

Voir grève générale, grève intermittente, grève tournante, grève d’occupation, grève de solidarité, grève sauvage
pour protester contre son décès.

Suite à cette affaire, le président du syndicat de l’habillement National Union of Textile Garment Workers of Nigeria (NUTGWN), Oladele Hunsu, a condamné la précarisation précarisation Pratique consistant à accroître la flexibilité de la main-d’œuvre en remplaçant les travailleurs permanents et à plein temps par des travailleurs employés sur la base de contrats temporaires et irréguliers. très fréquente de l’emploi dans les entreprises chinoises et a prié la confédération Nigeria Labour Congress (NLC) d’instaurer un comité pour examiner ce problème, qui était pour lui l’un des plus graves pour les travailleurs/euses et les syndicats. Les travailleurs occasionnels n’osent pas protester contre la violation de leurs droits ni adhérer à un syndicat de crainte de perdre leur emploi. Le dirigeant de la confédération Trade Union Congress (TUC), Bobboi Bala Kaigama, estime que la précarisation précarisation Pratique consistant à accroître la flexibilité de la main-d’œuvre en remplaçant les travailleurs permanents et à plein temps par des travailleurs employés sur la base de contrats temporaires et irréguliers. est un problème sérieux et il informe que le TUC a rencontré les responsables de l’ambassade chinoise pour discuter de cette question.

Le président du syndicat des employés de la construction, le National Union of Civil Engineering Construction, Furniture and Wood Workers (NUCECFWW), Amechi Asugwuni, a convoqué une conférence de presse le 22 octobre 2014 pour mettre en garde également contre les pratiques de travail injustes, notamment la précarisation précarisation Pratique consistant à accroître la flexibilité de la main-d’œuvre en remplaçant les travailleurs permanents et à plein temps par des travailleurs employés sur la base de contrats temporaires et irréguliers. , auxquelles recourent les entreprises de construction chinoises. Il a accusé le gouvernement de ne pas tout mettre en œuvre pour obliger les entreprises chinoises à respecter les modalités du contrat en ce qui concerne les projets d’investissement. « La précarisation précarisation Pratique consistant à accroître la flexibilité de la main-d’œuvre en remplaçant les travailleurs permanents et à plein temps par des travailleurs employés sur la base de contrats temporaires et irréguliers. prive nos membres du droit aux emplois à durée indéterminée et du droit à la liberté syndicale, et le gouvernement n’adopte pas les bonnes politiques ni les bons programmes pour promouvoir un environnement de travail satisfaisant pour les travailleurs de ce pays », précise-t-il.

Licenciement de 25 employés de Volkswagen Nigeria31-05-2014

D’après l’organisation organisation Processus consistant à former ou à s’affilier à un syndicat ou à inciter d’autres travailleurs à former ou à s’affilier à un syndicat. de la société civile Joint Action Front, Volkswagen Nigeria a licencié 25 employé(e)s suite à une grève grève Forme d’action collective la plus répandue, la grève désigne un arrêt de travail concerté sur une période limitée et peut revêtir de nombreuses formes.

Voir grève générale, grève intermittente, grève tournante, grève d’occupation, grève de solidarité, grève sauvage
pour protester contre les mauvaises conditions de travail et la nouvelle politique de l’entreprise, qui ne garantit pas les droits des travailleurs/euses comme le prévoit le droit du travail en mai 2014. Selon cette nouvelle politique, les travailleurs/euses doivent adresser un préavis de six mois avant de démissionner, alors que le droit du travail stipule un préavis d’un mois. Les employé(e)s se sont également plaints de ne pas avoir reçu leurs indemnités médicales ni leurs primes.

La direction des compagnies de distribution d’électricité menace de licencier 5357 travailleurs30-04-2014

En avril 2014, la nouvelle direction des compagnies de distribution d’électricité a menacé de licencier 5357 travailleurs/euses pour avoir participé à des grèves contre l’externalisation externalisation Pratique permettant à un employeur de confier une partie des activités de son entreprise à un intervenant extérieur. À ne pas confondre avec la sous-traitance (qui consiste pour l’intervenant extérieur à faire réaliser les travaux par d’autres intervenants). des emplois et des conditions de travail peu satisfaisantes. Les compagnies d’électricité Ibadan et Jos ont expliqué qu’elles avaient besoin d’être restructurées et qu’elles ne toléreraient pas la présence des syndicats. La confédération syndicale du pays, la NLC, a demandé au gouvernement d’intervenir afin de mettre un terme au traitement injuste dont sont victimes les dirigeant(e)s et les membres syndicaux, conformément à l’accord tripartite conclu le 13 janvier 2014.

Licenciement de 642 employé(e)s d’Aero pour cause de grève29-03-2013

La police a harcelé et illégalement arrêté et placé en garde à vue des grévistes en s’appuyant sur de fausses accusations. Ils/elles étaient en grève grève Forme d’action collective la plus répandue, la grève désigne un arrêt de travail concerté sur une période limitée et peut revêtir de nombreuses formes.

Voir grève générale, grève intermittente, grève tournante, grève d’occupation, grève de solidarité, grève sauvage
depuis le 13 mars pour protester contre les mauvaises conditions de travail et le projet de leur direction d’externaliser des emplois.

L’entreprise a licencié 642 travailleurs/euses sans respecter les règles de désengagement.

L’État de Lagos licencie 788 médecins en grève04-05-2012

Le Conseil du centre hospitalier universitaire de Lagos et la Commission des services de santé de l’État ont licencié 788 médecins qui étaient en grève grève Forme d’action collective la plus répandue, la grève désigne un arrêt de travail concerté sur une période limitée et peut revêtir de nombreuses formes.

Voir grève générale, grève intermittente, grève tournante, grève d’occupation, grève de solidarité, grève sauvage
depuis le 16 avril 2012. Une lettre de licenciement datée du 4 mai 2012 a été envoyée à chaque médecin, l’accusant de faute pour absence au travail sans congé ni cause raisonnable. 316 de ces médecins travaillaient au centre hospitalier universitaire de Lagos et les 472 autres officiaient dans d’autres hôpitaux de l’État.

Arrestation de syndicalistes31-03-2012

En mars 2012, le dirigeant syndical Bayo Akende a été arrêté par les autorités de l’État d’Oyo parce qu’il aurait mobilisé des travailleurs/euses contre le gouvernement. Selon le commissaire de police Tambari Yabo Mohammed, ses activités syndicales constituaient un trouble à l’ordre public.

Refus de reconnaître des syndicats dans les zones franches31-01-2013

Le National Union of Petroleum and Natural Gas Workers (Syndicat National des Travailleurs/euses du Pétrole et du Gaz Naturel – NUPENG) et la Petroleum and Natural Gas Senior Staff Association of Nigeria (Association du Personnel de Direction du Pétrole et du Gaz Naturel du Nigéria – PENGASSAN) ont signalé que sur les 123 compagnies implantées dans les zones franches, cinq seulement avaient autorisé les syndicats à organiser les travailleurs/euses et que, dans ces cinq compagnies, les dirigeant(e)s syndicaux étaient harcelés et licenciés.

En janvier 2013, le NUPENG et la PENGASSAN ont annoncé une grève grève Forme d’action collective la plus répandue, la grève désigne un arrêt de travail concerté sur une période limitée et peut revêtir de nombreuses formes.

Voir grève générale, grève intermittente, grève tournante, grève d’occupation, grève de solidarité, grève sauvage
de trois jours à partir du 13 février, si les dirigeant(e)s syndicaux n’étaient pas réintégrés et les droits syndicaux établis dans toutes les compagnies de la zone franche. Le ministre du Travail et de la Productivité, Emeka Wogu, a décidé, en collaboration avec l’Oil and Gas Free Zone Authority (Autorité de la Zone Franche du Pétrole et du Gaz – OGFZA) et les syndicats, que les compagnies auraient 90 jours pour respecter les dispositions de la loi exigeant que les entreprises autorisent la mise en place de syndicats.

« Épouvantable » manque de respect des droits des travailleurs et des droits syndicaux dans les ZFE31-12-2011

Un rapport sur la situation du syndicalisme et des pratiques en matière de relations professionnelles dans les zones franches d’exportation du Nigeria, fondé sur des recherches effectuées par la CSI et le Nigeria Labour Congress (NLC) et publié en janvier 2011, décrit le respect des droits des travailleurs dans ces zones comme étant « épouvantable ». Cette étude a constaté que les tentatives menées par les syndicats afin de pouvoir agir dans les 11 ZFE en activité à l’heure actuelle au Nigeria ont été en grande partie mises en échec par l’antisyndicalisme des employeurs et par la crainte des travailleurs de perdre leur emploi ; après des luttes âpres et prolongées, seuls quelques succès de moindre envergure ont pu être enregistrés. Par exemple, les organisateurs syndicaux de la ZFE de Calabar, lors de leurs tentatives de syndicalisation, ont été harcelés, arrêtés et brièvement mis en détention.

Le rapport signale également que les autorités des ZFE et la plupart des entreprises en leur sein déploient tous les efforts possibles pour contrecarrer tout dialogue social dialogue social Discussion et coopération entre les partenaires sociaux sur des questions d’intérêt commun, telles que la politique économique et sociale. Implique la participation de l’État dans les pays où le tripartisme est la norme. fructueux. De ce fait, il n’existe dans les ZFE ni une structure distincte de négociation collective négociation collective Processus de négociation de conditions de travail acceptables pour les deux parties et de réglementation des relations sociales entre un ou plusieurs représentants des travailleurs, des syndicats ou des centrales syndicales d’un côté et un employeur, un groupe d’employeurs ou une ou plusieurs organisations patronales de l’autre.

Voir convention collective
, ni des conventions collectives. Certains employeurs, tels que ceux de l’industrie de la chaussure, relèvent de conventions sectorielles techniquement contraignantes, mais il semble incertain que celles-ci soient réellement mises en œuvre dans les ZFE. Il est par ailleurs difficile de le contrôler, car il n’y a pas d’inspection du travail inspection du travail Autorité chargée de veiller au respect de la législation du travail et des dispositions juridiques relatives à la protection des travailleurs en procédant à des inspections sur les lieux de travail. effective dans les zones. Le ministère du Travail et de la Productivité a pourtant envoyé des inspecteurs du travail à la zone de Calabar en 2008, après une négociation prolongée et l’accord peu enthousiaste de l’autorité de la zone franche d’exportation de Calabar. Les inspecteurs ont constaté que les pratiques du travail injustes étaient la norme, mais après avoir été averti fermement que les entreprises se retireraient si ces conclusions étaient rendues publiques et si de nouvelles inspections venaient à dissuader les investisseurs, le ministère a décidé de ne pas prendre de nouvelles mesures, et depuis lors il s‘est gardé d’intervenir dans les ZFE.

« La situation du syndicalisme et des pratiques en matière de relations professionnelles dans les zones franches d’exportation du Nigeria », rapport du projet de recherche CSI-NLC d’une durée d’un mois, par Batande Adebola Aiyelabba et Muttaqa Yeshua

L’externalisation dans le secteur pétrolier entraîne un affaiblissement des normes et une diminution de l’affiliation syndicale31-12-2011

Un rapport intitulé Oil and Casualisation of Labor in the Niger Delta publié par le Centre américain pour la solidarité dépeint l’érosion sociale qui affecte la vie des ouvriers du pétrole au Nigeria à cause de l’externalisation externalisation Pratique permettant à un employeur de confier une partie des activités de son entreprise à un intervenant extérieur. À ne pas confondre avec la sous-traitance (qui consiste pour l’intervenant extérieur à faire réaliser les travaux par d’autres intervenants). du travail, ou sous-traitance. Le résumé exécutif indique que « l’on assiste à un éloignement des modalités régulières d’emploi à temps complet et à durée indéterminée, en faveur des modalités d’emploi temporaires et de contrats à durée déterminée, qui sont moins chères ». Le rapport de 36 pages signale que moins de la moitié des travailleurs du secteur pétrolier et gazier du pays sont syndiqués, alors qu’en 2003 leur taux d’affiliation syndicale était de 60%. « Le modèle d’externalisation externalisation Pratique permettant à un employeur de confier une partie des activités de son entreprise à un intervenant extérieur. À ne pas confondre avec la sous-traitance (qui consiste pour l’intervenant extérieur à faire réaliser les travaux par d’autres intervenants). permet aux employeurs de ne pas tenir compte des normes régissant le lieu de travail et d’ignorer les besoins sociaux des travailleurs, et il crée des fortes entraves à la syndicalisation des lieux de travail », peut-on lire dans le rapport. Le secteur pétrolier a derrière lui une longue tradition antisyndicale, incluant la substitution de travailleurs syndiqués par des ouvriers en sous-traitance.

Les attitudes antisyndicales persistent dans l’industrie pétrolière31-12-2010

Les 3 et 4 février, des membres de la Petroleum and Natural Gas Senior Staff Association of Nigeria (PENGASSAN) et du National Union of Petroleum and National Gas Workers (NUPENG) ont fermé deux sites exploités par Mobil Producing Nigeria (MPN), une filiale d’ExxonMobil au Nigeria, afin de protester contre le renvoi de travailleurs intérimaires par les contractants de Mobil et le fait que l’entreprise n’aborde pas la question, dans un premier temps, avec les syndicats. Depuis septembre 2009, jusqu’à 100 ressortissants nigérians ont été renvoyés par les contractants agissant pour le compte de MPN, après avoir participé à une protestation collective en faveur d’une rémunération équitable, tandis que d’autres contractants ont renvoyé des ressortissants qui occupaient des postes à temps plein et les ont remplacés par des intérimaires. Les licenciements ne concernent pas uniquement du personnel moins expérimenté, mais également des ressortissants hautement qualifiés et expérimentés, dans le domaine technique, l’ingénierie, l’administration et la fonction commerciale.

En mars, la Fédération internationale des syndicats de travailleurs de la chimie, de l’énergie, des mines et des industries diverses (ICEM) a indiqué que nombre d’entreprises avaient cessé d’employer du personnel moins expérimenté à temps plein, MPN y compris, supprimant peu à peu les membres du NUPENG en faveur d’employés contractuels. L’ICEM a rapporté qu’en plus de la grève grève Forme d’action collective la plus répandue, la grève désigne un arrêt de travail concerté sur une période limitée et peut revêtir de nombreuses formes.

Voir grève générale, grève intermittente, grève tournante, grève d’occupation, grève de solidarité, grève sauvage
menée en février par le NUPENG et la PENGASSAN, MPN avait modifié le contrat de quelque 10% de tous les travailleurs intérimaires pour leur offrir un poste à temps plein. En novembre toutefois, 66 membres du NUPENG et 18 de la PENGASSAN ont été licenciés par MPN, apparemment en raison de stratégies de réduction des coûts. Les syndicats y ont vu un acte discriminatoire à l’encontre des syndicalistes et travailleurs nigérians, dans la lignée de la tendance au remplacement des travailleurs autochtones par des expatriés.

La PENGASSAN et le NUPENG signalent également que des entreprises de premier plan de l’industrie pétrolière et gazière, Baker Hughes Nigeria Ltd., BJ Services et Mak Mera Nigeria Limited (Shell Nigeria), n’ont eu de cesse de s’opposer aux tentatives des syndicats d’obtenir la reconnaissance reconnaissance Désignation d’un syndicat par un organisme gouvernemental comme agent négociateur représentant les travailleurs au sein d’une unité de négociation, ou fait pour la direction d’accepter que ses travailleurs puissent être représentés collectivement par un syndicat. de leur syndicat respectif, dans la perspective de négocier des conventions collectives.

Antisyndicalisme dans les institutions financières31-01-2009

Dans une pétition adressée à la commission des institutions financières du Sénat en février, l’Association des institutions bancaires, financières et des sociétés d’assurance (ASSBIFI) a dénoncé des comportements antisyndicaux dans le secteur de la finance, avec notamment la présence dans les contrats d’emploi de clauses interdisant l’affiliation syndicale.

La négociation collective et le droit de grève compromis30-11-2008

Bien qu’il arrive que le gouvernement et certains employeurs acceptent de négocier collectivement, en règle générale, ils n’honorent pas les engagements pris, causant ainsi de nombreuses grèves. En septembre 2009, des maîtres de conférences de la faculté d’agriculture d’Abeokuta, dans l’État d’Ogun, sont descendus dans la rue pour protester contre le refus persistant du gouvernement de signer l’accord passé avec le Syndicat du personnel académique des universités (ASUU) en 2001. L’autorisation de la police doit toujours être demandée avant une grève grève Forme d’action collective la plus répandue, la grève désigne un arrêt de travail concerté sur une période limitée et peut revêtir de nombreuses formes.

Voir grève générale, grève intermittente, grève tournante, grève d’occupation, grève de solidarité, grève sauvage
, mais elle est rarement accordée. Le recours aux forces de sécurité pour intimider, harceler et arrêter les grévistes, souvent accompagné de violences contre des syndicalistes avant ou pendant une action de grève grève Forme d’action collective la plus répandue, la grève désigne un arrêt de travail concerté sur une période limitée et peut revêtir de nombreuses formes.

Voir grève générale, grève intermittente, grève tournante, grève d’occupation, grève de solidarité, grève sauvage
ou de protestation porte gravement atteinte au droit de grève grève Forme d’action collective la plus répandue, la grève désigne un arrêt de travail concerté sur une période limitée et peut revêtir de nombreuses formes.

Voir grève générale, grève intermittente, grève tournante, grève d’occupation, grève de solidarité, grève sauvage
. Lorsque les médecins des hôpitaux publics de Lagos se sont mis en grève grève Forme d’action collective la plus répandue, la grève désigne un arrêt de travail concerté sur une période limitée et peut revêtir de nombreuses formes.

Voir grève générale, grève intermittente, grève tournante, grève d’occupation, grève de solidarité, grève sauvage
en mai 2009 pour protester contre leurs bas salaires et leurs mauvaises conditions de travail, ils ont fait l’objet d’attaques d’une rare violence, d’après leur porte-parole, Ibrahim Olaifa. Un médecin au moins a été laissé dans un état grave après avoir été physiquement agressé.

© ITUC-CSI-IGB 2013 | www.ituc-csi.org | Contact Design by Pixeleyes.be - maps: jVectorMap