5+ - Les droits ne sont pas garantis du fait de l’absence de l’État de droit
L’indice CSI des droits dans le monde

Palestine

L’organisation organisation Processus consistant à former ou à s’affilier à un syndicat ou à inciter d’autres travailleurs à former ou à s’affilier à un syndicat. affiliée à la CSI en Palestine est la Palestine General Federation of Trade Unions (PGFTU).
La Palestine a été reconnue, pour la première fois, en tant qu’État observateur non membre par l’ONU en novembre 2012 (Résolution 67/19) et a noué des relations bilatérales avec plus de 130 gouvernements.
Toutefois, malgré un processus de paix intermittent à long terme, une solution à deux États garantissant la coexistence d’Israël et de Palestine en tant qu’États souverains n’a pas encore été trouvée.
La poursuite de l’occupation par Israël de la Cisjordanie, l’existence de colonies israéliennes illégales et leur impact sur la vie des Palestiniens, y compris leur accès à l’eau, ainsi que le blocus de Gaza imposent de sévères contraintes au potentiel de développement économique et social de Palestine et rendent de nombreux travailleurs/euses palestiniens dépendants du travail précaire dans les colonies.
Le dernier rapport du Rapporteur spécial des Nations unies sur la situation des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés révèle que l’occupation prolongée par Israël a conduit au déni du droit à l’autodétermination du peuple palestinien. En outre, le rapport indique que les pratiques et les politiques d’Israël semblent constituer une forme d’apartheid et de ségrégation.
En juillet 2014, le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a révélé qu’Israël a systématiquement omis de mener de réelles enquêtes sur la violence et les délits commis contre les Palestiniens par les forces d’occupation et les colons et d’établir un mécanisme de mise en cause judiciaire en ce qui concerne ses actions militaires.
L’attaque militaire massive contre Gaza lancée en juin 2014 a été jugée disproportionnée et aveugle. Israël a également été critiqué pour les graves violations des droits humains de la population civile palestinienne, notamment des arrestations et des assassinats en masse.
Il est impossible pour les travailleurs/euses de jouir de leurs droits dans un pays où les institutions gouvernementales n’ont pas assuré que les auteurs des violations systématiques des droits humains et du droit humanitaire répondent de leurs actes. Le respect de l’État de droit est essentiel à la protection des droits des travailleurs/euses.

En pratique

Classer par:

Interdiction de déplacement imposée à des dirigeant(e)s syndicaux28-02-2013

Le 28 février 2013, 28 représentant(e)s syndicaux ont été refoulés au Point de passage international de Rafah alors qu’ils/elles se rendaient à une série de réunions organisées par le Comité exécutif de Palestine General Federation of Trade Unions (Fédération générale des syndicats de Palestine) sous l’égide de l’OIT Organisation internationale du travail Structure tripartite créée par les Nations Unies (ONU) en 1919 pour promouvoir de bonnes conditions de vie et de travail. Principale instance internationale chargée de développer et de contrôler les normes internationales du travail.

Voir tripartisme, Guide des droits syndicaux internationaux de la CSI
, en Égypte. Le service de sécurité interne a déclaré que les représentant(e)s syndicaux n’étaient pas autorisés à voyager.

Discrimination antisyndicale01-03-2013

En mars 2013, le ministre adjoint à l’Éducation, Muhammad Abu Zeid, a annoncé que les enseignant(e)s qui prenaient part à des grèves auraient un emploi du temps spécial afin de rattraper les heures de cours perdues pendant les grèves.

Difficultés pour les Palestiniens travaillant dans des zones soumises à la législation du travail israélienne31-12-2010

Selon les estimations, environ 22.000 Palestiniens travaillent dans les colonies israéliennes, dans la construction, l’agriculture, l’industrie et les services, tandis que 10.000 autres travaillent dans l’informel. D’après les rapports, en 2010, l’Autorité palestinienne (AP) aurait annoncé l’interdiction pour les Palestiniens de travailler dans les colonies israéliennes de Cisjordanie, dans le cadre d’une campagne plus large qui a inclus un boycott national des colonies. La Fédération générale palestinienne des syndicats (PGFTU) a, toutefois, fait savoir qu’elle n’empêcherait pas les travailleurs d’exercer un emploi dans les colonies tant que l’AP ne serait pas en mesure de leur garantir un emploi de substitution.

Les Palestiniens employés dans ces zones étaient soumis à la législation Jordanienne mais en 2007, la justice israélienne a statué que la législation israélienne était applicable aussi bien aux travailleurs Israéliens que Palestiniens, concédant, par-là même, à ces derniers des conditions équivalentes. Il n’en reste pas moins que la législation est rarement appliquée et insuffisamment contrôlée et en cas d’abus, il s’avère extrêmement difficile pour un travailleur palestinien d’obtenir réparation ou de recourir à la justice. Les travailleurs et travailleuses palestiniens touchent très souvent des salaires en dessous du minimum israélien et leurs conditions de santé et de sécurité sont précaires. Alors que le salaire minimum légal en Israël se situe aux alentours de 5,50 dollars US de l’heure, les Palestiniens employés dans les colonies touchent 2 dollars de l’heure voire moins. Le recours au travail des enfants est, lui aussi, de plus en plus répandu dans les colonies, surtout dans le secteur de la construction, où ils sont soumis à des conditions de travail peu sûres et n’ont droit à aucune assurance.

La discrimination nuit à l’organisation des travailleuses30-11-2009

Le salaire des femmes représente approximativement 60% du salaire des hommes, alors que les salaires les plus bas se situent dans les secteurs où les femmes constituent la majorité de la main-d’œuvre, comme l’agriculture et les services. Les problèmes de sécurité, la discrimination aux termes de la loi et les préjugés culturels sont autant de facteurs qui dissuadent les femmes d’accéder au marché du travail. D’après la Palestine General Federation of Trade Unions (fédération générale palestinienne des syndicats – PGFTU), les femmes représentent moins de 15% des employé(e)s du marché du travail palestinien et la majorité d’entre elles ne sont pas syndiquées.

© ITUC-CSI-IGB 2013 | www.ituc-csi.org | Contact Design by Pixeleyes.be - maps: jVectorMap